La journée internationale des Roms

Il suffit de prononcer le mot « Roms » et hop ! La plupart des gens les associent aussitôt aux tziganes ou aux gitans. D’autres vont même à les traiter de manouches ou encore de « voleurs de poules ». Mais que sait-on vraiment de cette communauté et pourquoi leur inflige-t-on autant de discriminations ? Partons à leur rencontre.

Les Roms, ces citoyens de l’U.E

Ils ont beau être entre 10 et 12 millions de citoyens de l’Union Européenne depuis 1971, il n’empêche que la majorité des Roms subit perpétuellement des persécutions ou des discriminations. A tel point qu’une Journée Internationale des Roms a dû être créé depuis plusieurs années afin de convaincre l’Union Européenne d’intégrer pleinement la communauté Rom dans ses débats.

Malheureusement, cela ne date pas d’hier puisque depuis très longtemps, les communautés roms ont toujours dénoncé les difficultés importantes dans l’accès à l’éducation, à l’emploi ou encore à la santé ou au logement.

Il est à noter également que la moitié des enfants ne sont pas scolarisés et que les adultes sont à plus de 50 % analphabètes. Quant à leur espérance de vie, elle est inférieure d’environ une quinzaine d’années à celle des populations des pays où ils vivent, sans doute à cause de leurs conditions et hygiène de vie.

Amnesty International en soutien aux Roms

drapeau rom photo
Photo carac3

On peut comprendre aisément par conséquent pourquoi Amnesty International et bien d’autres associations de soutien se démènent chaque année pour arriver à sensibiliser les populations aux problèmes rencontrés par le peuple Rom. Mais évitons de tirer des conclusion hâtives, Reprenons les choses dans l’ordre afin de mieux comprendre ce qu’il se passe avec cette communauté.

L’histoire des Roms dans l’U.E

drapeau europe photo
Photo °]°

Les Roms sont devenus un peuple de l’U.E à part entière le 8 avril 1971 en choisissant leur drapeau et leur hymne, symboles de leur minorité dans l’Union Européenne.

Constitués de 4 groupes nomades ( Les Kalderash, les Curara, les Lovara et les Boyasa), ils font tous partie de la grande famille des tziganes, surnommés également Romanichel (peuple de Rom en « Sinti », un mélange d’allemand et de roumain).

Mais avant d’en arriver là, les Roms commencèrent dès l’an 1000, leur exode en quittant l’Inde et l’Egypte (dont ils étaient originaires) pour se rendre en Perse. Une fois les Balkans atteints au XIVème siècle, ceux-ci se dispersèrent un peu partout en Europe. Ils se convertirent alors au Christianisme au contact de la population chrétienne entretenant de bons rapports avec celle-ci.

Les Roms, des nomades devenus chrétiens d’Europe

drapeau europe photo
Photo hidden side

Deux siècles plus tard, en Europe de l’Ouest, une grande vague migratoire de Roms eut lieu. A tel point que certains pays ont dû en envoyer des milliers dans les colonies africaines ou américaines, n’arrivant plus à les gérer ni à les contenir.

Cependant, dès 1930, ils vont être confrontés à la politique nazie de l’époque décidant de leur extermination quasi totale. En effet, on a dénombré entre 250 000 et 500 000 Roms tués ou déportés dans les camps de concentration sur les 700 000 qui vivaient en Europe à ce moment-là, Ce génocide a été surnommé « Samudaripen« , c’est à dire « meurtre total » en langue Romani.

Les Rom d’aujourd’hui et de demain

Mais le plus affligeant dans tout cela, ce sont les persécutions et les discriminations dont les Roms sont victimes encore aujourd’hui. Et bien que l’Union Européenne ait mis en place différentes stratégies d’intégration, on peut néanmoins redouter une « tziganophobie » de plus en plus présente.

D’autant plus que celle-ci ne peut être combattue qu’une fois la reconnaissance de leur histoire, de leur culture et de leur contribution au patrimoine européen acceptée et validée par les différentes instances européennes.

N’oublions pas qu’il a fallu attendre 1982 pour que l’Allemagne reconnaisse officiellement ses responsabilités dans ce massacre et 1997 pour la France pour qu’un Président de la République y fasse référence lors d’une cérémonie des victimes de la déportation.

Les Droits de l’Homme en Europe

drapeau europe photo
Photo °]°

La Charte des droits fondamentaux de l’Union Européenne interdit pourtant toute discrimination fondée « sur la race, la couleur, les origines ethniques ou sociales »…

Sachant d’après certaines données que de nombreux Roms vivent toujours dans des conditions d’extrême pauvreté et continuent d’être les victimes d’une exclusion sociale extrême… On peut effectivement se demander ce que prévoient les membres de l’Union Européenne à la veille des élections face aux préjugés, à l’intolérance et autres abus vis-à-vis de la communauté Rom.

Espérons qu’en cette énième Journée Internationale des Roms, la politique européenne fasse un grand pas pour aller vers eux.

Pour aller plus loin :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.